Projets de recherche

  • Art et Methonormativity (coordinateur: Olivier Corten)
  • Méthodologie casuistique: les cliniques droits de l’homme (coordinateurs: Jeremy Perelman et Lucie E. White)
  • Voies critiques et Methonormativity (coordinateur: Martti Koskenniemi)
  • Cultures et Methonormativity (coordinateur: Olivier Beydon)
  • Gender Studies and Methonormativity (coordinatrices: Bérénice Schramm et Emily Jones)
  • Herméneutique, reconnaissance et Methonormativity (coordinatrice: Iulia Motoc)
  • Histoire du droit international et Methonormativity (coordinateur: Ignacio De la Rasilla del Moral)
  • Interdisciplinarité et Methonormativity (coordinatrice: Bertrand Badie et Emmanuelle Tourme-Jouannet)
  • Jurisprudence et Methonormativity (coordinatrice: Athanasia Petropoulou)
  • Marxisme et Methonormativity (coordinateur: Charalambos Apostolidis)
  • Philosophie et Methonormativity (coordinatrice Julie Saada)
  • Voix du Sud et Methonormativity (coordinateur: Stéphane Doumbé-Billé)

Art et Methonormativity

Olivier-Corten

Coordinateur: Olivier Corten


Méthodologie casuistique: les cliniques droits de l’homme

jperelman white

Coordinateurs: Jeremy Perelman et Lucie E. White


Voies critiques et Methonormativity

martti

Coordinateur: Martti Koskenniemi

Martti Koskenniemi est un juriste internationaliste et ancien diplomate pour le gouvernement finlandais. Il est actuellement professeur de droit international à l’Université de Helsinki et directeur de l’Institut de droit international et droits de l’Homme Erik Castrén. En 2014, il fut nommé Corresponding Fellow de l’Académie Britannique.

Koskenniemi, M. (2009). Miserable comforters: International relations as new natural law. European Journal of International Relations, 15(3), 395-422.


Cultures et Methonormativity

Coordinateurs

Olivier Beydon (Université nationale de Taiwan) et Bin Li (Chinese University, Pekin, Chine) coordinateurs pour la culture chinoise

Alix Toublanc (Université paris 1, France, directrice du Master Etudes africaines), coordinatrice pour la culture africaine

Maki Nishiumi (Université de Chuo, Tokyo, Japon), coordinateur pour la culture japonaise

Noura Kridis (Université de Tunis, Tunisie), coordinatrice pour la culture arabe

Kamaya Latissa (Université de Colombo, Sri Lanka), coordinatrice pour la culture pakistanaise

Laura Betancur (Université de Bogota, Colombie), coordinatrice pour la culture sud-américaine

Emmanuelle Tourme Jouannet (Science Po Paris, France), coordinatrice pour la culture européenne de l’Ouest)

Iulia Motoc (CEDH, Université de Bucarest, Roumanie) coordinatrice pour la culture européenne de l’Est

Anne Charlotte Martineau (Institut Max Planck, Luxembourg) coordinatrice pour la culture canadienne

Benedict Kingsbury (Université de New York, Etats Unis) coordinateur pour la culture nord-américaine et néozélandaise

Sundya Pahura (Université de Melbourne, Australie) coordinatrice pour la culture australienne

Ebrahim Beigzadeh (Université de Téhéran, Iran) coordinateur pour la culture iranienne

Ratna Kapur (Université de Dehli, Inde) Coordinatrice pour la culture indienne


Gender Studies et Methonormativity

cv-becc81recc81nice-schrammjones

Coordinatrices: Bérénice Schramm et Emily Jones


Herméneutique, reconnaissance et Methonormativity

image-2012-06-27-12634837-70-iulia-motoc

Coordinatrice: Iulia Motoc


Histoire du droit international et Methonormativity

ignacio_de_la_rasilla_del_moral

Coordinateur: Ignacio De la Rasilla del Moral

Membres:

Gerry Simpson (LSE)

Immi Tallgren (MPI, Luxembourg)

Mieke Van der Linden (MPI, Heidelberg)

Thomas Skouteris (AU, Cairo)

Michelle Burgis (Edinburg)

Alexandra Kemmerer (MPI, Heidelberg)

Liliana Obregon (Los Andes)

Ignacio Forcada Barona (Toledo) John Haskell (MC, USA)

It is an axiom to note with B. Croce that “all history is contemporary history” or, to put it differently, that all history is the history of the present. By this, it is generally meant that all history writing is, in one degree or other, done from the perspective of the present and also that all history writing constitutes an intervention in the present. M. Koskenniemi has, indeed, often highlighted that “the increase of interest in the history of international law has no doubt been prompted by contemporary concerns”. Moreover, history writing in international law brings invariably with it an irreducible plurality of interventions in the present. This is so, firstly. because “international law means” – as D. Kennedy has correctly emphasized – “different things for different people in different places”. From this it follows that whatever the different interventions resulting from history of international law writing in the present might be, such interventions are permeated by each interpreter´s own personal apprehensions of the present as a result of the application on a variable set of cultural, political, gender, racial, national, axiological and other identity features. However, whereas history writing tout court has long embraced multi-perspective in History, history writing in international law possesses a normative dimension that makes it differ from History writing tout court. History writing in international law has, indeed, to confront the existence of a multi-dimensional normative pull in international law that generates a vision of progress of international law, which often borders with the teleological, and which, among others, conditions the periodization(s) of its own history and the methodologies employed to study it. Moreover, this normative pull often triggers, as a corollary, a tendency to produce normative-oriented historiographies that generate a-historical accounts of the temporal evolution of international law and progressively selective and legalizing perspectives in history writing. Against this background, this research strand shall attempt to cast light, among others, into, firstly, the extent to which the normative quality of international law, understood, in its most basic form, as the potential to generate norm-creation processes, foster legal bindingness and warrant enforceability mechanisms to veil for the respect of international legal norms makes the intervention of the history of international law writing in the present to diverge from the intervention in the present of other history writing. Secondly, it shall also seek to explore how different types of historical international legal consciousness influence different actors’ attitudes towards international norms and whether that perception can evolve as a result of international law history writing. Thirdly, it shall seek to study the extent to which the subjective drive behind the wish to produce critical interventions in the present can lead to an excessively couloring of the study of the past of international law. Fourthly, it shall also explore the extent to which the historiography of international law is bound by the traditional methodological tool-kit of historical writing – use of primary sources, particular attention to context in order to avoid the ills of anachronism, precursoritis et caetera. Fifthly, it shall inquiry into the extent to which different strands of the history of international law are consciously anti-normative regarding the interventions in the present of international law they seek to achieve. Sixthly, it shall explore the relationship between international normativity and different approaches to the study of the periodizations of the history of international law. Seventhly, it will examine the extent to which the normative pull in international law needs to be consciously balanced by a historized and contextualized multi-perspective of the history of international law that should be particularly sensitive to the unbalancing effects of a teleology of progress that is systemically ingrained in the history of international law.


Interdisciplinarité et Methonormativity

photos-colloques-26-28-janvier-2013-015

Coordinateurs: Bertrand Badie et Emmanuelle Tourme-Jouannet

Depuis plusieurs années, notamment dans le monde francophone, est relancée en droit international la question de l’interdisciplinarité comme approche pour mieux comprendre l’évolution des règles du droit international et de l’ensemble du droit international lui-même. C’est un débat extrêmement ancien, sans doute autant que les études sur le droit, et qui soulève une multitude de questions, dont celle de la conception d’une discipline intitulée « droit international ». Ce débat est également relancé aujourd’hui par les évolutions contemporaines du droit international que les concepteurs du programme ont présentées. Est-il possible de comprendre les évolutions majeures du droit international en train de se dessiner en restant cantonnés à une approche strictement positiviste ou strictement sociologique du droit par exemple, sans mobiliser d’autres savoirs sociaux comme la culture, les arts, l’économie, pour comprendre l’objet « droit international » ? N’est-ce pas seulement cet objet qui réunit des chercheurs de tous bords croisant leurs analyses et faisant ainsi avancer sa compréhension ? L’enfermement disciplinaire ne s’accompagne-t-il pas d’un rétrécissement de l’épistémologie et de la méthodologie et par ricochet de la notion de normativité/juridicité du droit international ?

Les articulations disciplinaires sont, selon nous, elles-mêmes fonction du contexte et des perspectives recherchées. Le droit change ainsi de sens selon le contexte historique dans lequel il s’inscrit. Voilà déjà une bonne raison de réfléchir aux rapports complexes entre science juridique et science historique. Mais plus profondément, ce lien complexe et changeant entre la norme et la société convoque des sciences sans cesse plus nombreuses et diversifiées à mesure qu’on progresse dans le temps. Il est par exemple clair que la mondialisation, ne renforçant substantiellement le poids des sociétés dans les rapports internationaux, rend nécessaire une réflexion mêlant droit, économie, sociologie et anthropologie. Le pluralisme culturel, notamment (étudié dans l’onglet Cultures et Méthonormativité) pose directement la question de l’universalité des normes et même de leurs compatibilités, ce qui constitue un appel phénoménal à l’anthropologie. Quant à la perspective, elle ouvre le champ à une interdisciplinarité à géométrie variable, celle-ci changeant de nature selon qu’on se penche sur la genèse de la norme ou sur sa signification (questions très engagées dans l’interdisciplinarité), son orientation, sa technicisation, sa destination et son application (autre plan sensible de l’interdisciplinarité).

Toutefois, l’interdisciplinarité présente aussi des impasses que nous souhaitons étudier de la même façon. D’abord la question est tout simplement de savoir si elle est réellement possible ? Ce qui renvoie à la question autre de la définir et de voir en quoi elle doit, sans doute, pour réussir se distinguer d’autres types d’approches avec laquelle on la confond trop souvent.

L’interdisciplinarité, ici comprise, propose une articulation des savoirs entrainant un décloisonnement et une réorganisation partielles du champ théorique « droit international ». Comme l’indique A. J Arnaud (Dictionnaire encyclopédique de théorie et de sociologie du droit, p. 543), on peut dire que l’on procède à la traduction d’un jeu de langage dans un autre tout en essayant de respecter la spécificité de « chaque langue ».

Ce faisant, il faut bien la distinguer de la pluridisciplinarité et de la transdisciplinarité (ibid).

La pluridisciplinarité correspond à une juxtaposition de discours à propos d’un même objet, le droit international, chaque discipline développant son point de vue spécifique sur ce sujet d’étude commun. Mais du même coup il en ressort autant d’objets différents que de perspectives développées. Dans ce cas, on a alors affaire à une simple coexistence de jeux de langage qui n’apporte rien de vraiment nouveau en termes épistémologique et méthodologique.

La transdisciplinarité, de son côté, est bien plus ambitieuse, puisqu’il s’agit d’abandonner tout point de vue spécifique pour produire un savoir autonome (ibid) d’où résulteraient cette fois-ci de nouvelles méthodes et un nouvel objet. En jeux de langage, il s’agirait alors de vouloir élaborer une langue nouvelle et commune.

Comme on le voit, les distinctions sont subtiles mais nécessaires pour qui veut s’intéresser à l’emploi de l’interdisciplinarité sans tomber dans les impasses ou les impossibilités des deux autres voies. Et c’est bien ce à quoi les coordinateurs veulent réfléchir, en gardant bien sûr comme visée principale, la meilleure façon d’appréhender notre nouveau monde du droit international.


Jurisprudence et Methonormativity

asli 030

Coordinatrice: Athanasia Petropoulou

Loin d’être à l’abri de changements constants du paysage normatif et institutionnel international, l’oeuvre jurisprudentielle des juridictions internationales constitue en même temps le percepteur et le vecteur des effets de la globalisation, appréhendée également comme phénomène juridique. Dans cette perspective, le cadre doctrinal particulier dans lequel s’épanouit la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme peut faire l’objet d’une relecture en tenant compte des défis représentés par les transformations liées audit phénomène. Ainsi, il s’agit de s’interroger dans quelle mesure la globalisation juridique ou plus simplement les configurations changeantes du contexte européen influent sur la méthodologie employée par le juge européen et sur son épistémologie-souvent cachée. On se demande aussi si une évolution est perceptible dans la rédaction de l’argument juridique et dans le jugement, dans le sens par exemple de l’émancipation de l’orthodoxie méthodologique stricte. Des interrogations similaires sont valables en outre à l’égard d’autres juridictions internationales, qui se trouvent confrontées aux mêmes enjeux.


Marxisme et Methonormativity

Coordinateur: Charalambos Apostolidis

La chute du communisme a désacralisé Marx à l’Est et elle l’a démystifié à l’Ouest. Mais, paradoxalement, cette désacralisation et cette banalisation (au sens où Marx est devenu un auteur comme les autres classiques Kant, Hegel, Rousseau, etc.) ont fait disparaître Marx et Engels du paysage des juristes internationalistes. Sans doute parce que la doctrine marxiste du droit international – telle que codifiée par les juristes de l’Est – était mystificatrice, c’est-à-dire remplie d’idéologie. Elle dénonçait le capitalisme sans déconstruire les catégories juridiques et sans aucun effort de construction conceptuelle. L’absence d’objet scientifique « droit international », n’était que l’omniprésence d’un objet purement idéologique.

Cependant, même si Marx s’est contenté de saisir et d’exprimer l’essence du droit sans s’occuper de sa définition (qui est une catégorie plus ample que l’essence), il y a incontestablement des éléments dans sa pensée (au-delà de la double négation, à savoir la non-autonomie et la non-naturalité du droit positif) qui peuvent conduire à des approches susceptibles d’enrichir la doctrine internationaliste. Cela pourrait se faire en quatre étapes :

Dans un premier temps, il s’agit de positionner la pensée marxiste dans le spectre des courants philosophiques et doctrinaux (tels que le réalisme ou le positivisme et ses variantes comme le volontarisme), afin de dégager les grands axes du dialogue entre paradigmes et penser en même temps leurs apports et leurs limites dans l’analyse des nouvelles formes de juridicité/normativité.

Il s’agit ensuite, ce sera le deuxième moment, de bien situer les problématiques qui peuvent jaillir des écrits originaires de la pensée marxiste mais aussi des textes d’auteurs qui se réclament de l’héritage marxiste et que l’on qualifie souvent et à tort de néo-marxistes (expression qui ne signifie pas grand-chose par rapport au positionnement épistémologique de la pensée et elle ne désigne personne spécifiquement). C’est le cas, par exemple, de l’Ecole de Francfort dont certains travaux (cf. Habermas, Honneth) pourraient s’avérer particulièrement féconds pour renouveler les approches traditionnelles du droit international.

Troisièmement, il s’agit de repenser entièrement la méthodologie dialectique, systématiquement déformée et presque toujours caricaturée.

Enfin et en dernier lieu il s’agit de bien cibler et reconstituer les outils conceptuels pertinents, comme la catégorie de totalité (sans doute la plus fondamentale chez Marx), ou la catégorie de contradiction (très souvent malmenée), ou le couple abstrait/concret, crucial dans les analyses de Marx. Dégagé de sa gangue idéologique et de ses errements politiques, le marxisme peut fonctionner comme paradigme pour penser aussi bien la juridicité (en relation avec des méta-critères formel/substantiel) que la normativité (en relation avec le couple essence/apparence).


Voix du Sud et Methonormativity

doumbebille

Coordinateur: Stéphane Doumbé-Billé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s